L’aimer pour ce qu’il est… +

Solène — Témoignages

Le sappel

actualités

No 110
journal du sappel / Avril 2022 L’ASSEMBLÉE DES ÉVÊQUES À L’ÉCOUTE DES PAUVRES Télécharger le journal au format PDF

Editorial

Le Réseau Saint Laurent

Avec l’appui du Secours Catholique, plusieurs associations et communautés ont initié le Réseau Saint Laurent en 2005. Parmi elles, plusieurs vivent de la spiritualité du père Joseph Wresinski : les Sœurs de la Bonne Nouvelle Quart Monde de Toulouse auxquelles est associée Bartimée, et les Fraternités de la Pierre d’Angle, et la Communauté du Sappel.

La Charte du Réseau Saint Laurent explicite ainsi le sens de son existence : « Mettre en relation des groupes de chrétiens diversifiés qui partagent en Église un chemin de fraternité et de foi avec et à partir de personnes vivant des situations de grande pauvreté et d’exclusion sociale. Il tient à cœur au Réseau que ce chemin devienne celui de toute l’Église ». Elle répond au cri de notre pape François : « Je veux dire avec douleur que la pire discrimnation dont souffrent les pauvres est le manque d’attention spirituelle » ( la joie de l’Évangile, N° 200).

L’assemblée des évêques à Lourdes

C’est à ce titre que la Conférence des Évêques de France souhaitait, depuis plus d’un an, inviter des membres du Réseau Saint Laurent à participer à sa réflexion sur l’écologie intégrale. Car, écouter la clameur de la terre est indissociable de l’écoute de la clameur des pauvres : « tout est lié », affirme le pape François dans son encyclique Laudato Si. La participation des plus pauvres a été retardée à cause du Covid, mais nous avons eu la joie d’être invités du 2 au 4 novembre 2021 à rejoindre les évêques et des invités de leurs diocèses. Dix huit associations et communautés étaient représentées, chacune avec deux personnes très pauvres et une personne accompagnatrice.

Le contexte n’était cependant pas réjouissant : le rapport de la CIASE venait tout juste d’être rendu public et les évêques arrivaient à Lourdes dans une atmosphère pesante sous une grande pression médiatique. Nous nous demandions si les personnes en très grande précarité allaient être accueillies pleinement. Le cœur et la tête de nos pasteurs étaient-ils assez disponibles pour cela ? Le temps qui avait été initialement dévolu à l’écoute de la « clameur des pauvres » fut maintenu.

Trois théologiens du Centre Sèvres ont introduit nos frères évêques à écouter non seulement la clameur des pauvres qu’ils allaient entendre, mais surtout de chercher à entendre leur pen- sée derrière leurs cris, et à apprendre d’eux. Je cite Frédéric-Marie Le Méhauté : « Les défis de l’Église des prochaines années autour des plus pauvres, de l’écologie, de la synodalité ou la crise des abus, ne forment qu’un seul et même défi : celui d’une écoute réelle et profonde pour trouver ensemble un chemin, pour entendre comment la croix du Christ est source de vie encore aujourd’hui ».

Quelques jours après la fin de la rencontre, Éric de Moulins-Beaufort, président de la CEF, a écrit à toutes les associations qui avaient participé : «Votre présence à Lourdes la semaine dernière a fait du bien à nous autres, évêques. Nous sommes arrivés meurtris (…), inquiets des décisions qu’il nous fallait prendre (…). Nous avons été récon- fortés de constater votre joie de nous rencontrer, de découvrir ce que vous viviez autour de l’écoute de la Parole de Dieu, de la prière, de l’entraide mutuelle (…). Pour beaucoup d’entre nous, nous rentrons de Lourdes avec le désir de vous rencontrer davantage, d’apprendre à écouter avec vous la Parole de Dieu, de recueillir aussi la sagesse que vous portez : elle n’est pas seulement, nous a-t-on rappelé, une clameur ».

Vous trouverez dans ce numéro du Sappel la relecture que Laurence et Maryline font de cette rencontre forte. Oui, à l’écoute de la sagesse des pauvres, l’Église se renouvellera.

Philippe Brès

 

Cliquer ici pour télécharger l'intégralité du journal avec tous ses articles.

top