Les plus pauvres sont l’artère par laquelle il faut que le sang coule pour irriguer tout le corps. Si l’artère est obstruée, le corps tout entier meurt. Pour l’Eglise, c’est une question de vie ou de mort. Si la grâce passe par eux, tout est irrigué

Père Joseph Wrésinski — Parole de sages

Le sappel

actualités

Mercredi Saint – 8 avril 2020

Mt 26, 14-25 : (Jésus) dit : « Allez à la ville chez un tel, et dites-lui : ‘’Le Maître te fait dire : Mon temps est proche, c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque...’’ »

 

« Un tel » ? Puisque ce monsieur ou madame « un tel » n'a ni nom ni prénom, il s'agit peut-être de moi ?

Oui, c'est « chez nous » que le Maître veut célébrer la Pâque !

 

Voulons-nous faire sa volonté ?

Accueillons-le là où nous avons besoin d'être libérés, sauvés. Dans nos enfermements, nos découragements et nos impasses. Dans nos désespoirs, nos peurs, nos doutes. Là où nous sommes entraînes vers la mort. Là où nous sommes attachés, encombrés de nous-même, détournés de lui.

Laissons-le nous relever, nous éveiller, nous conduire à la pleine liberté, à la joie paisible, à la vie vivante. Laissons-le prendre toute sa place en nous.

Nous pouvons oser l'appeler au secours : « Viens Seigneur, viens nous sauver ! » 

Nous pouvons murmurer dans nos cœurs le Nom de « Jésus » (qui veut dire « Dieu sauve ») pour l'accueillir.

Respirons le Christ ! Laissons-le nous envahir. Comme un torrent d'eau vive il assainit tout sur son passage (Ez 47,9), il fait renaître la vie dans les eaux stagnantes.

Oui, viens Seigneur, viens célébrer la Pâque chez moi !

 

 _____________________________________________________________

 

           La Communauté du Sappel propose quotidiennement un mot sur la Parole de Dieu.

           Vous pouvez retrouver les précédents en cliquant ici.

top